10% DE RÉDUCTION POUR VOTRE PREMIÈRE COMMANDE + LIVRAISON GRATUITE !

Cannabis thérapeutique en France : un pas vers l’expérimentation

cannabis-thérapeutique-france

2021 marque le début d’une expérimentation historique pour la France. Cette dernière autorise l’usage du cannabis thérapeutique dans le cadre d’un essai clinique sur des patients atteints de pathologies spécifiques. Cela relance les discussions autour du chanvre, sa culture, sa consommation et sa vente dans le but d’un usage purement thérapeutique. Consultez notre dossier spécial pour en savoir plus sur l'actu du CBD.

Cannabis thérapeutique, de quoi parle-t-on ?

Différence entre le cannabis médical et le cannabis récréatif

Lorsque l’on parle de cannabis, on pense souvent au joint et à la sensation de planer. Mais attention, il est important de faire la distinction entre un usage thérapeutique et un usage « plaisir » du cannabis.

Le cannabis thérapeutique comporte une dizaine de molécules phyto-cannabinoïdes dont les plus connus, le CBD (cannabidiol) et le THC (tétrahydrocannabinol). Il est utilisé uniquement à des fins médicales et est très encadré.

Ces deux molécules, extraites directement de la plante du chanvre, font parler d’elles-mêmes et ne sont pas soumises à la même législation.

En effet, le CBD est légal, car il ne représente pas de danger (non-psychotrope ni addictif) et peut-être utilisé comme « complément alimentaire » grâce à ses multiples vertus naturelles. C’est le cas, par exemple, pour soulager des douleurs neuropathiques et musculaires, réduire les nausées, retrouver un bon sommeil ou encore se libérer du stress.

Le THC est quant à lui jugé illégal, car il est responsable d’effets psycho-actifs et peut provoquer une addiction. C’est ce que l’on considère comme étant du cannabis récréatif.

En France, l’utilisation médicale du chanvre reste controversée. Le cannabidiol, seul, n’est pas reconnu comme possible traitement et le THC est soumis à une réglementation stricte qui interdit son usage.

De nombreux patients souffrant de maladies neuro-dégénératives et dont les traitements médicamenteux ne suffisent plus, déplorent ces législations. Malgré les restrictions, il n’est pas rare que certains d’entre eux usent du cannabis thérapeutique en automédication pour calmer leurs maux quotidiens ou les effets secondaires de leurs traitements.

L’usage thérapeutique du cannabis

Utilisé depuis des milliers d’années dans diverses civilisations à des fins thérapeutiques, le cannabis a connu un déclin de tout au long du 20e siècle. Cela s’explique notamment par des politiques prohibitionnistes et l’évolution de la médecine moderne.

Pourtant, c’est l’une des plantes les plus anciennes de la pharmacopée, sa première utilisation remontant à 2 800 avant JC. Possédant des propriétés médicinales naturelles (anti-inflammatoires, antalgiques, antispasmodiques, antiémétiques ou encore anxiolytiques), il revient sur le devant de la scène depuis quelques décennies.

C’est en parti grâce à un chimiste israélien qui a relancé l’intérêt médical autour du cannabis en 1964. Pionnier, il réussit à isoler le THC, pour réduire les effets psychotropes.

Aujourd’hui, de nombreux essais cliniques ont lieu pour tenter de le réintroduire dans un parcours thérapeutique. En effet, il est soumis à l’étude pour être proposé comme alternative aux patients atteints de certaines pathologies (sclérose en plaques, épilepsie…).

Il existe sous différentes formes et est disponible uniquement sous prescription médicale. La France reste en marge et n’autorise, pour le moment, que le Sativex, un médicament destiné aux personnes ayant une sclérose en plaques et des spasticités sévères. Il est composé de CBD et d’un faible taux de THC.

Une première expérimentation du chanvre à usage thérapeutique en France

C’est un pas vers l’avenir qu’entreprend la France. Le 12 décembre 2018, le CSST (Comité scientifique spécialisé temporaire) mis en place par l’Agence nationale de la santé et du médicament, a jugé pertinent l’autorisation de l’usage du cannabis dans un cadre thérapeutique pour les patients dans des situations cliniques spécifiques.

Après un report lié à la crise sanitaire, l’Assemblée nationale a donné son accord le 9 octobre 2020 pour débuter l’expérimentation. L’objectif étant de déterminer si le cannabis thérapeutique a sa place pour devenir une alternative dans le cadre de certaines pathologies. Cela permet également d’initier des discussions autour du développement de la filière du chanvre, sa culture et son utilisation.

L’hexagone commencera cet essai, d’une durée de deux ans, au premier trimestre 2021 (prévu fin janvier). 3 000 patients avec différentes pathologies seront examinés. L’action thérapeutique du cannabis viendra soit en alternative naturelle lorsque les traitements médicamenteux ne sont plus efficients soit pour soulager les effets indésirables provoqués par la prise de certains médicaments.

Les situations cliniques concernées sont :

  • les patients souffrant de spasticité et de sclérose en plaques
  • les personnes atteintes de douleurs neuropathiques et d’épilepsies sévères
  • les soins accordés en support ontologique
  • les situations palliatives

L’usage du cannabis à visée médicale se fera sous forme de gélules, d’huiles ou de vaporisation à base de fleurs séchées. Cette expérimentation est une réelle avancée pour la France et lance un message « d’espoir » aux patients qui souffrent quotidiennement de ces pathologies.

Le cannabis thérapeutique à l’échelle mondiale

Selon les pays, la législation diffère. Tandis que certains prescrivent le cannabis médical uniquement lors de soins palliatifs, d’autres s’en servent plus largement pour lutter contre les douleurs et symptômes des maladies dégénératives et neuropathiques.

Moins souples, certains pays (notamment la Chine) n’autorisent que la prescription du cannabis thérapeutique à base de CBD, le THC étant prohibé. La France se place comme étant le 22e pays à suivre une expérimentation sur le cannabis médical. Elle reste cependant à la traîne par rapport à ses voisins européens, notamment les Pays-Bas, avant-gardiste, qui autorise le cannabis aussi bien à usage récréatif que thérapeutique. L’Allemagne, l’Autriche, la Norvège, le Royaume-Uni et la République Tchèque ont, quant à eux, déjà autorisé la légalisation du cannabis à usage médical.

Au niveau international, plusieurs pays ou États ont franchi le pas. C’est le cas notamment pour la Californie, État pionnier américain à autoriser son utilisation sur le territoire depuis 1996.

Suivant cet exemple, 33 états légalisent désormais le cannabis thérapeutique. Le Canada et le Chili ont également sauté le pas depuis plusieurs années maintenant.

De l’autre côté du globe, c’est l’Australie qui a choisit de rejoindre le mouvement depuis 2016.

La France suivra-t-elle cet élan en faveur du cannabis thérapeutique ? Rendez-vous dans deux ans, après l’expérimentation !

 

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
Commandez en toute sécurité !
Paiement sécurisé par CB
Livraison Discrète et Gratuite !

24/48h

Service client à votre écoute !
01-84-60-19-25
Produits 100% Légaux !
Taux de THC  inférieur à 0,2% 
 

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,